Sur les côtes sauvages de la Haute-Gaspésie, en plein Phare Est, une foison de Varech orne le littoral.  D’avril à octobre, pendant les grandes marées basses des pleines et nouvelles lunes, j’enfile mon Wet Suit, je me serre les dents et je saute dans l’eau frette du St-Laurent.  Bercé (ou brassé!) par les vagues, je pratique une coupe sélective dans les champs d’algues sauvages accrochées aux rochers.  Ensuite, elles sont portées au séchoir et déshydratées à basse température au soleil et/ou au bois.
Merci de supporter un paysan de la mer!